Syndicalisation de l’usine Première Moisson de Baie-d’Urfé

Montréal, le 14 février 2020 – Le syndicat des Travailleurs et des Travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC Canada), est très fier d’annoncer la syndicalisation des employé(e)s de la Boulangerie Première Moisson à Baie-d’Urfé spécialisée dans la production et la commercialisation de produits de boulangerie hauts de gamme. Les quelque 180 travailleur(euse)s éligibles ont choisi d’adhérer au syndicat le plus influent et le plus progressiste au Canada à la suite d’un vote qui s’est déroulé sur trois jours. Le dépouillement, qui s’est terminé à 23h15 le 13 février 2020, a révélé que la très grande majorité des votants désiraient être représentée par le syndicat des TUAC 501 qui représente près de 5 000 travailleur(euse)s dans le secteur de la transformation alimentaire et au-delà de 19 000 membres répartis dans plus de 410 unités au Québec et dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Parmi les enjeux de conditions de travail qui ont stimulé la volonté de syndicalisation de ce groupe, mentionnons notamment celui de l’inconfort dû à la chaleur qui, malgré les efforts de l’entreprise, est encore élevée près des fourneaux. À cela s’ajoute le temps alloué pour les pauses qui est nettement insuffisant, d’où la nécessité d’instaurer une rotation des postes de travail comme c’est le cas en milieu syndiqué. Il n’en fallait pas plus pour motiver ces travailleur(euse)s à se regrouper au sein d’un syndicat progressiste tel que les TUAC 501. Ce faisant, ils se dotent d’une voix forte au travail pour négocier de meilleures conditions d’emploi.

Devenir membre des TUAC apportera aux syndiqué(e)s de la Boulangerie Première Moisson de Baie d’Urfé tous les outils dont ils ont besoin pour négocier de bonnes conditions de travail et faire progresser leurs revendications. De plus, ils pourront compter en tout temps sur la solidarité et le soutien des membres des TUAC 501. Nous sommes très fiers de les accueillir au sein de notre grande organisation et nous les remercions de la confiance qu'ils nous accordent », déclare Alain Lachaîne, président des TUAC 501 et secrétaire-trésorier du conseil provincial des TUAC Québec.

Il s’agit donc d’un deuxième groupe visé et accrédité au Québec par la nouvelle équipe de recrutement en milieux atypiques des TUAC Canada à utiliser les nouveaux outils de communication simultanée électronique. Cette technique novatrice, éprouvée depuis plusieurs mois en Ontario, donne d’excellents résultats lors de campagnes membre à membre où se côtoient des personnes de plusieurs nationalités.

Ce type de campagne par les pairs est plus complexe et se déroule sur une plus grande période. Le défi réside dans le maintien de l’intérêt des membres tout au long du processus de syndicalisation. Notre rôle en est un de soutien, car le gros du travail se fait par les membres. Nous leur fournissons les outils et les documents qui peuvent se décliner dans plusieurs langues nous permettant notamment de déconstruire plusieurs mythes entourant les syndicats », affirme Anouk Collet, conseillère principale au président national des TUAC Canada.

Dans les semaines qui viennent, un comité de négociation sera créé afin d’établir le cahier de demandes des nouveaux syndiqué(e)s. Formé de travailleurs et de travailleuses, ce comité sera appuyé par l’équipe syndicale solide et expérimentée des TUAC 501.

 


À propos des TUAC 501

Avec ses quelque 19 000 membres répartis dans plus de 410 unités, le syndicat des TUAC 501 fait partie du plus important syndicat francophone de l’alimentation et du commerce de tout le Québec en plus de représenter des membres dans le nord du Nouveau-Brunswick. Notre organisation élargie compte plus de 55 000 membres au Québec, 255 000 au Canada et au-delà de 1,4 million en Amérique du Nord. Nos membres travaillent dans tous les domaines de l’industrie alimentaire et le commerce, ainsi que dans d’autres domaines tels les emplois de service, de transformation, de fabrication, ainsi que les emplois techniques et professionnels.